Tribunes libres

Dernière mise à jour le 27 Avril 2018

Mai 2018


Les déclarations du Président de la République devraient être pour chacun d’entre nous et surtout pour l’équipe municipale des signaux d’alarme pour l’avenir de notre ville. Nous sommes engagés dans des grands travaux alors que l’équilibre financier des communes est menacé.

Le Président ment aux Français sur la disparition de la taxe d’habitation. Emmanuel Macron promet que l’état compensera à l’Euro près aux communes le manque à gagner découlant de la fin de la taxe d’habitation. Sauf qu’aucune économie n’est prévue en 2018 puisque les dépenses publiques augmentent de 7,3 Milliards d’euros dans le projet de loi de finance et que les prélèvements augmentent de 4,5 milliards.

Emmanuel Macron affirme par ailleurs que ‘’ce que les Français ne paieront plus, l’Etat paiera. L’Etat remboursera totalement les communes’’.
C’est un formidable tour de bonneteau dans la mesure où l’Etat ce sont les contribuables, donc les Français, et parmi eux, aussi, ceux qui payaient la taxe d’habitation.

Alors, avec un gouvernement aussi peu crédible pour nos communes il est peut être temps de lever le pied sur les dépenses de prestige qui n’ont pour but que de marquer le territoire de l’équipe municipale en place sur le mode « c’est moi qui l’a fait».

La redynamisation de la ville, passe avant tout par la création d’entreprises qui doivent donner de l’emploi et générer les ressources fiscales nécessaires à l’équilibre des comptes dans un contexte de baisse des dotations de l’Etat. A Evreux nous nous sommes contentés que de la déclinaison de toutes les enseignes de fast-food et l’explosion, en périphérie, des restaurants destinés aux professionnels de passage pour créer du travail !

Emmanuel Camoin pour Évreux Bleu Marine

« TOUT ET SON CONTRAIRE » 

Faire la liste des contradictions de M. Lefrand serait certainement un travail à temps plein. Ce serait également faire le portrait d’un homme dont le style hésite entre Nicolas Sarkozy pour l’incohérence et Donald Trump pour la véhémence.

L’incohérence, tout d’abord, car c’est de nos impôts qu’il s’agit. Monsieur Lefrand promettait qu’il n’augmenterait pas les prélèvements obligatoires ? Il avoue pourtant en avril que l’autofinancement net de l’agglomération a augmenté grâce à des recettes supérieures aux dépenses ! Il disait pendant la campagne municipale vouloir mettre la priorité sur le développement du commerce en centre-ville? Il négocie finalement, et en secret, l’extension de la zone commerciale du Long Buisson qui tue un a un tous nos commerces. Il annonçait une gestion rigoureuse et transparente du Festival Rock? Il augmente discrètement la subvention aux (nouveaux) organisateurs alors même que les comptes du festival de l’année dernière restent toujours cachés aux Ébroïciens. Et pendant ce temps-là : la baisse du prix de l’eau (la plus chère de France !) ne semble plus à l’ordre du jour. L’équilibre du financement des zones d’activité : pas pris en compte ! Le dossier du chauffage urbain? Toujours au point mort. L’évolution des déchetteries vers plus de tri sélectif? Impossible.

Mais il y a également le manque d’écoute. Pour notre part, nous ne sommes pas d’accord avec cette manière qu’a M. Lefrand de dénigrer ou de boycotter systématiquement celles et ceux qui ne sont pas d’accord avec lui : les associations comme les parlementaires ; le préfet de l’Eure comme le recteur ; les agents des fonctions publiques comme les employés du privé ; les habitants du centre-ville et ceux des quartiers ; l’opposition municipale, mais aussi sa propre majorité ; les femmes et les hommes de culture, mais encore les fan de volley ; les syndicats, les commerçants, les employés. Mais aussi toutes et tous les Ébroïciens qu’il a, semble-t-il, au fil de l’eau, fini par complètement oublier…

Timour VEYRI, pour la Gauche Rassemblée 

La Municipalité n'est pas tenue pour responsable des écrits de la tribune du groupe de l’opposition. Ils n'engagent que leurs auteurs. 

En application des articles L2121-27-1 du code général des collectivités territoriales et 32 du règlement intérieur du conseil municipal, le bulletin d'information de la Ville, et, de fait, la tribune doit porter sur "les réalisations et la gestion du conseil municipal " et ne doit pas comporter d’attaques ou d'imputations personnelles. La Ville d’Évreux se réserve donc le droit de porter plainte pour diffamation ou non respect de la loi.