Tribunes libres

Dernière mise à jour le 08 Mars 2017

Mars 2017


La gauche rassemblée

Le bilan de Lefrand, c’est notre boulet
Arrivé à la moitié du mandat, il nous faut bien faire le bilan de trois années de gestion par M. Lefrand. Et c’est assez simple pour lui. Des pistolets et des caméras pour la sécurité, une diminution du nombre de fonctionnaires qui, selon lui, « coûtent trop cher » (priorité qu’il partage avec F.Fillon, qui s’y connait en bonne gestion de l’argent public !), un hypothétique parc de loisirs, dont l’étude de faisabilité n’est même pas réalisée, un nouveau centre commercial (nous en manquions !) pour créer des emplois (probablement pour les employés des magasins qui ferment au centre-ville ?), un nouveau festival Rock (qui vole aux femmes et aux hommes engagés pour le faire vivre 30 années de travail), des journées du « patrimoine permanentes » pour attirer les touristes de « passage », une hypothétique gare à Nétreville pour dans 10 ans ! Même au CCAS, l’épicerie sociale si critiquée par la droite lors de sa mise en place est présenté comme une innovation ! Il serait bien plus intéressant que M. Lefrand partage les résultats
concrets de ses choix. Y-a-t-il plus de sécurité dans la ville ? Y-a-t-il moins de chômeurs ? Moins de pauvreté à Evreux ? Rien n’est moins sûr. Et lorsqu’on l’interroge…silence dans la salle. Quand les questions se font plus concrètes sur ses projets d’avenir, c’est toujours le flou. Combien coûtent aux Ebroïciens les travaux d’infrastructure de la zone de carrefour ? Des touristes de « passages » créent-ils de véritables emplois dans les quartiers ? Aucune réponse. Même les projets qui sont menés sont inquiétants : travaux de la côte Henri Monduit à reprendre à zéro, rue Joséphine trop étroite pour les bus…Tout est malheureusement construit au coup par coup, à la va « comme je te pousse » sans réflexion et sans réel projet. La voilà, la fameuse « méthode Lefrand ». Et ce n’est pas beau à voir…

 


Evreux Bleu Marine

Revitalisation du centre-ville
Nous avons une totale divergence d’analyse sur ce sujet avec l’équipe municipale. L’extension de la zone Carrefour, inaugurée début février, doit être considérée comme une très mauvaise nouvelle pour le commerce de centre-ville. Il est clair que les clients ont tout intérêt à se déplacer vers la périphérie, dans cette zone où les commerces sont regroupés et le stationnement largement facilité. Les créations d’emplois générés par cet agrandissement sont un leurre. Les emplois créés sont ceux qui disparaîtront des boutiques du coeur d’Évreux. Dans quelques années le centre-ville sera à l’image de la rue Joséphine, une friche commerciale. C’est un choix de vie porté par le Maire que nous ne partageons pas. Un autre sujet de désaccord porte sur les raisons expliquant le nombre très préoccupant de logements vides dans le centre d’Évreux. Pour l’équipe municipale, il suffit, pour régler le problème, de subventionner des travaux de rénovation thermique ou de désamiantage. On ne les entend pas dénoncer la raison fondamentale de la baisse démographique à Évreux qui est l’absence d’emploi. Ainsi d’année en année, la dotation de solidarité urbaine, versée par l’état, augmente. Or, cette dotation est allouée aux villes en fonction du niveau de pauvreté de ses habitants. Elle est donc un indicateur objectif et cela vous donne une idée du résultat peu flatteur de la politique menée par cette municipalité pour redynamiser la ville et créer de la richesse.