Tribunes libres

Dernière mise à jour le 05 Novembre 2018

Novembre 2018


Le chaos.

C’est une séquence peu banale que nous venons de vivre en octobre.

Une partie de la majorité municipale reprend les constats de l’opposition sur la situation préoccupante des finances de la ville à son compte. C’est sans doute un peu tard.

C’est le seul point d’accord avec les frondeurs car les arguments de l’ex-adjoint aux finances ne tiennent pas la route.

On peut proposer dans le budget de la ville une baisse des impôts , il faudrait préciser quel impôt ?

Si c’est la taxe d’habitation, elle doit être supprimée par le gouvernement !
L’engagement est facile. Donc, sur quelle taxe le Maire a-t-il décidé d’agir? Sur la taxe foncière évidement .

Mais alors quelle solution pour redresser les comptes de la ville que tout le monde s’accorde à dire catastrophiques ? Le Maire nous parle d’entreprises qui toquent à sa porte tous les jours pour venir investir à Évreux. Elles ressemblent étrangement à l’Arlésienne ces entreprises fantômes car, pour le moment, telle soeur Anne, nous ne voyons rien venir à part le soleil qui poudroie et l’herbe qui verdoie.

Nous avons toujours défendu l’objectif de la baisse de la fiscalité locale. Cela aurait été possible si les élus de la majorité (tous, y compris les frondeurs) avaient agi avec discernement et compétence. C’est ce que les Ebroïciens attendent pour le prochain

budget : pas d’effet d’annonces, pas de querelle stérile mais des actes et des décisions qui sortent Evreux du marasme dans lequel l’ont plongé des élus qui pensent plus aux prochaines élections qu’au bien-vivre des citoyens

Vœu pieu. Car tout laisse supposer que le vote du budget sera un grand numéro d’équilibriste avec un délégué adjoint aux finances, novice, qui le présente.

Nous demandons un peu plus de sérieux dans la gestion de notre collectivité. Nous attendons du remaniement organisé par le Maire, de son équipe municipale, qu'il procure enfin des effets sur le niveau d’endettement et la fiscalité locale trop élevée.

Emmanuel Camoin pour Évreux Bleu Marine

 


ALERTE SUR LES FINANCES DE LA VILLE 

 

Invité à s’exprimer sur la grave crise politique et financière majeure qui divise sa majorité municipale, le maire a récemment décrit deux de ses élus comme « des meneurs qui essaient (...) de faire le trottoir pour avoir une place sur une liste En Marche aux prochaines élections ».

Comme tous les Ébroïciens, nous sommes évidemment choqués que de pareils propos puissent être tenus à l'égard d'élu(e)s de la République. Le mandat de maire est la plus haute forme d’engagement local. Il appelle des vertus qui lui sont nécessaires pour l’accomplissement de sa tâche : le discernement et l’exemplarité ; la retenue et la hauteur de vue. Nous en sommes convaincus : un maire ne devrait pas dire ça.

Cette crise municipale a également révélé la fragilité de la gestion du maire. Face aux difficultés financières, nous assistons en effet à une véritable fuite en avant de M. Lefrand. A l’instar de ce qu’il se passe avec le parc Viking, Guy Lefrand refuse de regarder en face les conséquences possibles de ses choix pour les Ébroïciens : hausses d'impôts, fragilisation de services publics, coupe dans les budgets des associations, baisse du pouvoir d'achat des agents municipaux, entreprises asphyxiées.

Pour éviter cela, nous redemandons donc comme nous le faisons depuis le début du mandat la publication précise des engagements financiers de la ville, la diffusion d’un Plan Pluriannuel d’Investissement (le P.P.I est un document qui programme dans le temps les investissements), ainsi que la transparence totale vis-à-vis des Ébroïciens sur les projets menés et leurs financements. Parce qu'un maire moderne devrait faire cela.

Timour VEYRI, pour "La Gauche Rassemblée"

La Municipalité n'est pas tenue pour responsable des écrits de la tribune du groupe de l’opposition. Ils n'engagent que leurs auteurs. 

En application des articles L2121-27-1 du code général des collectivités territoriales et 32 du règlement intérieur du conseil municipal, le bulletin d'information de la Ville, et, de fait, la tribune doit porter sur "les réalisations et la gestion du conseil municipal " et ne doit pas comporter d’attaques ou d'imputations personnelles. La Ville d’Évreux se réserve donc le droit de porter plainte pour diffamation ou non respect de la loi.