Expositions

Dernière mise à jour le 08 Février 2019

La grande illusion - cinq propositions de Michel Aubry 

Du 10 novembre 2018 au 17 février 2019

Les vestiges collectés en forêt sont passés par une osmose entre la nature, les feuilles, les herbes, les fleurs, les champignons, et les projectiles déformés qui ont pris la couleur de la terre. On se demande si c’est une balle ou un caillou, une racine ou un éclat d’obus. Dans les gestes de l’enfance, tout cela est lié au ramassage dans les bois, et tout à coup, on découvre ces déchets qui piquent la curiosité. Les fragments métalliques sont refroidis par presque un siècle de reprise de la nature sur des sites qu’on avait cru anéantis. Ce refroidissement me parait essentiel pour quelqu’un qui n’a connu ni la guerre de 1870, ni celle de 14-18, ni la Seconde Guerre mondiale.

Michel Aubry

Dans le cadre du centenaire de l’armistice de la Grande Guerre, le musée d’Art, Histoire et Archéologie présentera plusieurs pièces du sculpteur Michel Aubry. L’artiste, né en 1959, est ancien pensionnaire à l’Académie de France à Rome (Villa Médicis). Il enseigne aujourd’hui à l’École des Beaux-arts de Nantes et son oeuvre est présente au sein de nombreuses collections publiques (Fonds national d’Art contemporain, nombreux Frac, Musée d’art contemporain de Lyon et de Strasbourg, Mobilier national).

L’oeuvre de Michel Aubry est à la croisée de plusieurs obsessions qu’il mêle et démêle, entrecroise, couvre et redécouvre, orchestre et interroge. Volontiers chimérique, son univers est peuplé de personnages extraits d’un panthéon artistique devenu matriciel à son oeuvre (Beuys, Rodchenko, Melnikov, Dürer, Von Stroheim) ; ce monde est régi selon les principes d’une histoire naturelle élaborée par l’artiste lui-même tel un démiurge facétieux aux prises avec une théorie mathématique - à moins qu’il ne s’agisse d’un code génétique - puisant dans la tradition musicale des launeddas, instruments à vent originaires du sud de la Sardaigne…

Écheveaux de l’authentique (objets trouvés, histoires glanées, archives exhumées, traditions consignées) tissent la trame d’un romanesque vertigineux où le thème de la guerre occupe aussi l’écran. Restes glanés sur les champs de bataille, uniformes chinés, copiés, transformés, reprises de séquences cultes de La Grande Illusion de Jean Renoir devenues Répliqûre chez Aubry qui y campe le personnage de Pierre Fresnay… C’est parfois drôle. C’est surtout grave, profond, tragique comme le sont les jeux d’enfants.


Par quatre Chemins, autour du portrait de François Ier par Titien (1539)

Du 9 février au 19 mai 2019

Dans le cadre de l’opération pilotée par le ministère de la Culture intitulée « Le catalogue des désirs », visant à faire circuler au sein des territoires les chefs-d’oeuvre des collections nationales françaises, la candidature du musée d’Évreux a été retenue.
L’emblématique Portrait de François Ier, réalisé par Tiziano Vecellio (1488-1576), dit Titien, peintre des princes et prince des peintres, est donc présenté à Évreux du 9 février au 5 mai 2019.
 
Une invitation à décrypter un chef-d’oeuvre des collections nationales
La présentation exceptionnelle de ce chef-d’oeuvre de la Renaissance est prétexte à des digressions autour de la représentation de la figure du souverain, de l’institution du Français comme langue unificatrice de l’État (Villers-Cotteret, 1539), de la figure de Claude d’Annebault (1495-1552), bailli d’Évreux et conseiller favori de François Ier, et de la fortune du tableau de Titien, l’un des plus copiés de l’histoire de la peinture. La venue du tableau de Titien au musée d’Évreux, est l’opportunité également de poursuivre le travail sur la première Renaissance en Normandie initié en 2017 avec l’importante exposition « Une renaissance en Normandie. Le cardinal Georges d’Amboise bibliophile et mécène ».
 
Le portrait de François Ier par Titien : une image du pouvoir
Le portrait de François Ier (1539) est commandé par le poète et écrivain satirique italien Pierre l’Arétin au Titien (Pieve di Cadore, vers 1488 - Venise, 1576) pour s’assurer les bonnes grâces du roi. Le peintre, ne pouvant représenter le roi de France d’après nature, réalise son oeuvre en prenant modèle sur une médaille du grand orfèvre Benvenuto Cellini (Florence, 1500 - Florence, 1571). Le souverain est ainsi représenté de profil. La pose est pour le moins archaïque, même si elle fait pour nous aujourd’hui écho au mode antique de représentation et de diffusion de l’image du pouvoir.
 
Des liens étroits entre François Ier et le territoire ébroïcien
D’après les sources locales, François Ier serait venu par deux fois à Évreux. Il entre une première fois dans la ville le 9 septembre 1517. Le roi reviendra des années plus tard, en septembre 1540, alors qu’il prend l’initiative de la mise en place à Évreux d’un tribunal de l’Inquisition pour toute la Normandie. À l’époque de cette visite du roi à Évreux, son plus proche conseiller, spécialiste des questions italiennes, n’est autre que Claude d’Annebault (1495-1552), bailli d’Évreux de 1532 à 1545, et lieutenant général de Normandie. Le couple François Ier et Claude d’Annebault, apparait, à la génération suivante, comme une sorte de double séculier de Louis XII et de Georges d’Amboise avec le tropisme italien et l’importance politique de la Normandie.
 
Un riche programme d’activités autour de l’exposition
Conférences, visites guidées, dispositifs audioguidés trilingues (français, anglais, italien), journal d’exposition, concert permettront au plus grand nombre de découvrir et de s’approprier ce chef-d’oeuvre du Titien. Des ateliers pour le jeune public et les groupes scolaires sont également proposés par le Service des publics du musée.
Profitant de la venue exceptionnelle de ce chef-d’oeuvre à Évreux, le musée a également sollicité le comédien et metteur en scène Benoît Marchand afin de développer un projet inédit d’écriture et de théâtre avec les élèves d’une classe de l’école Clos-au-duc d’Évreux. L’association des Amis du musée d’Évreux a accordé un généreux mécénat pour la réalisation de cette action. Rendez-vous à la prochaine Nuit des musées pour découvrir le fruit de leur travail !
 
Visites : 
> samedi 9 février à 11h30 : inauguration 
> Dimanche 10 février 15h00 : visite inaugurale par Florence Calame-Levert (commissaire de l'exposition)
> Du dimanche 3 mars au 7 avril à 15h00 et 16h00 : visites guidées du  Services des publics
> Dimanche 5 mai à 15h00 : visite de clôture par Florence Calame-Levert (commissarie de l'exposition)

Conférence

Dimanche 24 mars : "François 1er, souverain bibliophile" par Maxence Hermant, conservateur, département des manuscrits, Bibliothèque nationale de France.

 
Ateliers du mercredi : 
Les ateliers sont gratuits et se déroulent sur simple réservation au 02 32 31 81 90
> "aux sources du portrait" Mercredis 13 et 20 février de 10h à 11h pour les 3-6 ans et de 14h30 à 16h00 pour les 7-12 ans
La venue exceptionnelle du tableau représentant François Ier peint par Titien en 1539 devient prétexte à la découverte de l'art du portrait. Jeux d'observation dans les collections et expérimentations amèneront les enfants à découvrir le caractère exceptionnel de cette œuvre habituellement présentée au musée du Louvre.
> "en chemin avec Titien" : Mercredis 10 et 17 avril de 10h à 11h pour les 3-6 ans et de 14h30 à 16h00 pour les 7-12 ans.
Les enfants découvrent la vie du tableau de Titien représentant François Ier de sa création en 1539 jusqu'à se venue au musée d'Évreux en 2019. Un jeu d'énigmes original qui invitera les enfants à regarder une œuvre d'art autrement.
 
Événement : nuit des musées samedi 18 mai 
Lors de la prochaine Nuit européenne des musées, le musée vous propose de prolonger l'exposition ! Musique et théâtre vous invitre à revivre la venue exceptionnelle du Portrait de François Ier par Titien à Évreux. 
Concert, l'antiquité retrouvée : de Jupitre à François 1er par Roula Safar.
Théâtre, reprensation théâtral par les élèves d'une classe de l'école Clos-au-Duc d'Évreux. Les élèves présenteront les travaux réalisés en 2018-20109 aurout du Portrait de François Ierlors d'un projet d'écriture et de théâtre avec le comédien et metteur en scène Benoît Marchand.

Informations pratiques

Musée d’Art, Histoire et Archéologie
6 rue Charles Corbeau
27000 ÉVREUX
tél : 02 32 31 81 90
musee @epn-agglo.fr
www.evreux.fr / www.evreuxportesdenormandie.fr
www.facebook.com/evreuxmusee
Entrée libre et gratuite
Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 12h et de 14h à 18h.
Fermé le mercredi 1er mai.
L’ensemble